jeudi 28 février 2013

M+M // 2012


Les mariages n'ont pas encore commencé pour moi en cette douce année 2013, mais j'ai hâte!!!



@+

Commentaires
Alain: Jeunes ou plus tout à fait jeunes gens, le temps de vous marier est revenu, Alice a l'index sur le déclencheur qui la démange, elle a hâte de vous portraiturer en ces moments de grâce où
l'on dit OUI pour le meilleur et à 45% pour le pire, les statistiques sont implacables.

Il serait toutefois malvenu de ma part de gâcher la fête, mais sachez que si les serments peuvent s'envoler, les photographies, elles, resteront à jamais les témoins de ce
jour heureux.

Pensez à réserver vos places !


moi: Si les stats sont implacables, c'est pas terrible pour nous tout ça... et non je ne vais pas faire les divorces, je trouve ça trop triste!
Tu seras peut-être de la partie pour m'épauler qui sait ;) et pour justement graver à jamais ce que je n'aurais pas vu ou loupé ce si beau jour...
 

 

lundi 25 février 2013

Bangkok, la trépidante!


Poser les pieds en Asie, c'est faire le choix d'une expérience inédite assurée. Et Bangkok est la capitale idéale pour faire connaissance et s'imprégner de cette atmosphère si spéciale qui caractérise cet orientalisme qui nous est si peu familier.
 


Métropole grouillante, hédoniste et débordante de vie, Bangkok est une ville qui fascine.
Elle est trash. Le parfum urbain est celui des innombrables ordures qui s'entremêlent au poulet frit, gaz carboniques et poissons qui sèchent en plein cagnard. Et quand tout ça se juxtapose au sons des klaxons sur fond de quartiers chauds... tous les sens sont en éveil. C'est dit.
Dans un autre contexte, Bangkok est une ville relativement jeune. Autrefois surnommée "village des prunes vertes" aujourd'hui la bourgade s'est transformée en une mégalopole de plus de 7 millions d'habitants. Mais sa croissance a été beaucoup plus rapide que les plans des urbanistes qui ont du se résoudre à bâtir les autoroutes et les métros sur les piliers en béton au -dessus des vieilles rues de la cité.



Malgré l'ambiance tumultueuse et chaotique, la plaque internationale du commerce, la Mecque du shopping (les trottoirs sont recouverts de boutiques de vêtements et de cantines mobiles; tout est disponible de la chaussure au cappuccino et à tous les prix!) et des transports reste toujours imprégnée de l'enseignement du Bouddha et de la quête vers la paix intérieure et l'harmonie.



Cela étant dit il est vrai qu'en 3 semaines, je n'ai jamais vu un thaïlandais s'énerver même au péril de sa vie! (Best Self control in the world!).


 L'eau est partout à Bangkok. Des canaux multiples sillonnent la ville et le grand fleuve le Chao Phraya, l'axe principale de la cité, constitue l'axe principale des transports.



C'est en amoureux, lovés sur les planches d'un long-tail boat que notre chauffeur nous a fait découvrir, cheveux au vent, les quartiers reculés installés depuis toujours aux bords des khlongs.
Après avoir parcouru des kilomètres à pied dans la capitale ardente, se trouver assis là nous a procuré une sensation bien différente. On pénètre dans un Bangkok incongru dont les bras d'eau préservés ont jadis donné à la ville sa réputation de "Venise de l'Orient". Ici s'alignent les pontons, les vieilles maisons branlantes sur pilotis et la vie est rythmée par les paisibles occupations quotidiennes de leurs habitants. Des enfants assis sur des marches nous regardent passer et nous sourient, plus loin, un thaïlandais arrose ses plantes. A côté une maisonnette encombrée, une vieille dame donne à manger à un chat.


 Cette balade nous a carrément transporté dans un monde parallèle, un monde originel dans lequel le moindre geste semblait être comme suspendu, c'était magique.



 Bon mais ensuite, nous sommes sortis de ces sentiers mouillés et nous avons rejoint le fleuve. Face à nous, on apercevait les toits multicolores des temples et des grands palais, quelques immeubles gris et au loin de grandes tours modernes. 



C'est ça Bangkok.


 Vous voulez que je vous dise, un peu comme toutes les grandes villes asiatiques Bangkok fascine. Elle fascine car c'est une ville qui a su s'adapter à une urbanisation massive face à un modernisme qui ne cesse de progresser et à côté de cette ascension, elle a su conserver son âme ses rites ses racines ses croyances son identité, tout ce qui la rend authentique. 



Je pense que c'est ça qui rend l’Asie un peu magique, cet équilibre entre traditionalisme et modernisme.



@+

Commentaires:
Nicole: Merci Alice , de nous faire voyager , avec tes belles photos et surtout tes notations
pertinentes ..........je vois que cette excursion de trois semaines a été profitable
pour les cinq sens .
Bisous et à bientôt sur le blog

Tamalou:De belle photos, qui nous font découvrir ce pays, et surtout avec les commentaires très bien écrit ( tu devrais écrire un livre ). J'ai appris une chose que les voitures roules à gauche. Les
photos couleurs ressorte très bien, ce qui nous donne l'impression d’être dedans.
Bises Tamalou.

moi: Merci pour ces 2 commentaires qui me font très plaisir!

Je suis contente que les photos et le récit descriptif de ce voyage en pays Thaïlandais vous aient plu. C'est vrai que je n'ai mis que des photos en couleurs dans cet article, mais il faut dire
que les images s'y prêtaient bien (hein JP ;) et j'ai aussi pas mal bossé pour la travailler correctement cette couleur justement, c'est pour cela que ça rend assez bien. (Je suis contente de
moi)

On y réfléchissait et on se demandait quel serait le pays que vous visiteriez en premier (on a toujours dans un coin de la tête vos paroles disant qu'à la retraite, vous voyageriez...), et on a
rigolé (par rapport à nos expériences en Thaïlande) en se disant que ça ne serait surement pas ce pays là! On a pris des paris vous savez!!!

C'est chouette de s'évader - de se faire une idée des lieux aux travers des yeux des personnes que l'on connait... (tout le plaisir est pour moi vous savez) mais de la à ce que j'écrive un livre
JP, vous êtes gentil mais quand même!!!! j'ai le blog pour ça justement et c'est bien assez car je me fais des nœuds au cerveau pour écrire toutes ces lignes, je bosse dur même! (d'ailleurs j'ai
sorti la bouteille à oxygène pour le prochain article ;)
Bizzzz
 

Christophe: je suis déjà parti 3 fois a Bangkok et franchement cette ville n'a pas fini de me surprendre 

 

samedi 23 février 2013

Sawatdee :)


Je ne sais pas par quel bout prendre les photos de ce voyage, y'en a tellement que tu voudrais toutes les faire partager - mais il faut être raisonnable, on ne peut pas TOUT montrer.
La Thaïlande... vaste sujet... vous saviez qu' initialement elle ne faisait pas partie de mes projets touristiques, si si, je voulais visiter le monde mais la Thaïlande ne figurait pas sur ma carte ?! , allez savoir pourquoi... Bref et nous y sommes allés. Je pense maintenant qu'elle est la destination idéale pour une première immersion en pays asiatique. Elle est taillée pour tout le monde même pour le plus nulitos des voyageurs, le tout étant d'avoir un tout petit peu d'ouverture d'esprit et ensuite le pays du sourire s'occupera de vous!
Vous savez pourquoi il faut absolument commencer par visiter la Thailande avant tout autre pays asiatique? parce que c'est FACILE - parce qu'on ne se sent pas en insécurité une seconde - parce que l'on mange un vrai bon repas pour pas cher: 2 €/ personne (bon, même si la moitié des plats vous anesthésient la bouche pour la demie journée)! - parce que les thaïs sont cooool gentils et qu'ils ont l'air heureux de vivre - parce que même si le thaïlandais est une des langues que nous autres n'arriverons jamais à parler, eux ils baragouinent l'anglais (des fois ça peut t'aider, si si ) - parce que c'est un des pays les plus touristiques du monde, et qu'il est "bâti" pour recevoir - parce que tu n'es jamais perdu et que si par le plus grand des hasards tu t'étais vraiment paumé en Thaïlande, tu serais le plus veinard des touristes!
Trêves de plaisanteries, La Thaïlande est là pour réveiller l'aventurier qui sommeille en toi, et te redonner le sourire si jamais tu l'avais perdu en arrivant.

 Marchand ambulant - Bangkok - /Janvier 2013

Et si on commençait par parler cuisine? là-bas pas de fromage ni de saucisson mais l'une des meilleures et des plus raffinées cuisine du monde.
Et on trouve à manger quelque soit l'heure du jour ou de la nuit, c'est dément!
Dans un style différent de celui des restos haut de gamme, on croise immanquablement ces marchands ambulants qui vous proposent de la nourriture pour quelques bahts. Ils vendent pratiquement tout ce qui peut se consommer en Thaïlande. Ils travaillent durement, pendant de longues heures, n'hésitant pas à parcourir plusieurs kilomètres en poussant une carriole lourdement chargée sur des routes inégales à travers un trafic automobile dense.
On les entend venir lorsqu'ils actionnent la petite poire en caoutchouc de leur trompe ou leur clochette. Malgré tout, ils ont toujours le sourire et restent avenant. Et ça n'est pas pour les maudites sommes qu'ils gagnent....
 
Allez je vous laisse courir vous rencarder sur le prix des billets d'avion, je sens que ça vous démange ;)
 
@+

Commentaires
Tamalou: Ah! enfin de retour sur le blog cela fait plaisir. Je vois que la ville de Bangkok avec ces fils électriques me rappelle Istanbul en Turquie, nous attendons avec impatience la suite des photos. (
au faite... tu as un nouvel ordi ? )
Bises Tamalou. 
 

Alain: Ô boun diou qu'il est devenu difficile sinon impossible à l'heure d'internet et des médias tous azimuths, de faire de la photographie originale, insolite, jamais vue, mais tu as choisi
la seule voie qui puisse donner force à ton témoignage, celle du commentaire écrit, le seul à personnaliser tes images, à les accompagner, vecteur explicatif des photos forcément et uniquement
démonstratives puisque muettes.

J'aime ton style, inimitable, qui colle bien à ta façon de présenter ce que tes yeux ont vu et que tu fais voir et partager par la magie de la photo, cette technologie que
je place sans hésiter juste après l'imprimerie, qui sortit l'humanité de l'ignorance et de l'obscurantisme.

Cette connivence entre le texte et l'image, je sais que nous la partageons et mon blog n'en fait pas mystère, ayant découvert sur le tard ce dont je rêvais depuis très longtemps et Canon l'a
fait !

La photo de voyage et surtout elle, n'échappe donc pas aux pièges des redites, des clichés, des effets plus ou moins faciles véhiculés à foison et de tout temps par les revues et les
documentaires qui y sont dédiés ; comment aller à New York sans ramener SA statue de la liberté ou SON Central Park et ses joggeurs ? Quel japonais oserait-il revenir de Paris sans SA
Tour Eiffel ou SON Sacré Cœur ?

Mais que photographier alors lorsqu'on a payé (parfois fort cher) un voyage qui vous conduit au bout du monde et où l'on ne reviendra sans doute jamais ? Je n'ai pas eu l'occasion de me
poser la question, mes voyages lointains et non touristiques n'étaient guère propices aux maraudes lors de courtes escales dans les ports de pays dont on ne connaîtrait que les zones
glauques, réservées aux marins ou matelots de tous bords ...

Mais j'attends une suite qui pourra j'en suis sûr me surprendre.

Bises

moi: Merci Alain, toujours très poétiques culturelles et bien sur perspicaces tes appréciations, comment s'en passer! (J'AIME)

“Les photographies ne pourraient pas être accessoires à une histoire – c’est évident – elles doivent contenir l’histoire dans le cadre; les meilleures photos contiennent toute une guerre dans un
seul cadre.” Tatjana Soli

Quand j'arriverai à ce stade, je pense que j'aurai bien progressé en photo ;)
Bizz


 

dimanche 17 février 2013

Pékin


C'est fou ce qu'on peut faire avec un 350D qui cote 150 € à l'argus et dont l'objectif ressemble très fortement à un cul de bouteille!




@+

Commentaire;
Alain: Dis-donc, tu recycles des vieilleries ou quoi, la Thaïlande ne te suffit donc pas ?

Et puis, demande-t-on à un peintre avec quelle marque de peinture ou de pinceau il exécute ses meilleures toiles ?

Au fait, à quand le retour en terre orangeoise, pas de nouvelles bonnes nouvelles, mais quand même !

samedi 16 février 2013

Les voyages forment la jeunesse.




" En voyage,

On apprend la géographie des lieux qu'on visite - On apprend les langues et les coutumes des pays qui nous accueillent - On apprend des morceaux de leur histoire, avec le point de vue de leurs habitants - Qui est différent de celui des livres d'histoire

On voit en vrai la maison de Pablo Neruda - On voit en vrai les rues où a grandi Mozart - On voit en vrai Guernica - On voit en vrai Samarcande - On apprend la litérrature, la musique, la peinture, l'architecture, toujours un peu plus -Et toujours mieux et plus qu'à l'école

On découvre de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs - On goûte à de nouveaux fruits, de nouveaux légumes - On se souvient de leur nom, des plats avec lesquels ils pourraient aller - Et quelle école nous apprend les arbres, les fruits, et les fleurs?

On comprend mieux les phénomènes culturels - D'intégrismes en guerillas bolivariennes - On comprend mieux la géologie de Saint Helens en Baies d'Halong - On comprend mieux l'économie
des villes nouvelles de Chine aux friches industrielles de Lorraine - On comprend mieux la géopolitique de mînes de cuivre en G8 - Quelle école proposerait le dixième de cela?

On apprend à relativiser sur son sort - On apprend à s'ouvrir sur le monde - On apprend à être tolérant - On apprend à être réceptif - Et cela, aucune école ne nous l'apprend

On apprend à s'organiser - On apprend à ne pas stresser - On apprend à s'orienter dans une ville inconnue - On apprend à se débrouiller - Quelle école serait située dans une ville inconnue?

On apprend à surmonter sa timidité naturelle - On apprend à faire naturellement confiance
Sans pour autant perdre une vigilance qu'on apprend à aiguiser - On apprend à s'attacher
et à se détacher, pour repartir toujours plus loin - Et à le faire passer aux yeux de l'autre, le plus diplomatiquement possible - Existe-t-il une matière, à l'école, appelée "relations humaines"?

On apprend, qu'on le veuille ou non les drapeaux, les plaques d'immatriculations, les monnaies, les taux de change - On apprend, qu'on le désire ou pas, à tenir un budget - On apprend à conduire dans de nouvelles conditions souvent plus extrêmes - On comprend mieux les phénomènes atmosphériques des aurores boréales aux cyclones, en passant par les nuits blanches - On comprend mieux les mouvements des astres qu'on observe sous un autre angle depuis d'autres latitudes - quelle école de conduite, de météorologie ou d'astronomie propose des stages aussi efficaces?

On comprend qu'être riche ne sert à rien mais on comprend que vouloir être riche est logique - On comprend que faire carrière dans une multinationale n'est pas l'ultime Nirvana vers lequel nous devons tous tendre contrairement à ce qui nous est mis dans le crâne depuis les premiers bancs d'école

En voyage, On apprend la vie - On apprend le monde dans lequel on vit et puis surtout on apprend à apprendre mieux que dans n'importe quelle école."
 

Faut que je vous laisse.
 
@+

Commentaire;
Alain: J'ai été quelques secondes tenté de dire "mais qui a bien pu écrire ce texte", mais il te ressemble tant que je n'ai eu plus aucun doute et je me suis alors dit "mais elle écrit aussi bien
qu'elle photographie".

Et puis tu nous a laissés, nous autres, pauvres sédentaires, à notre hiver et ses coups de mistral à glacer les os.

Tu nous as tout dit depuis ton provisoire et lointain levant que tu ne sembles pas impatiente de quitter ; du coup, tout ici me semble "petit", et je me vois mal écrire une chronique around
Salon de Provence, avec l'Empéri ensoleillé ou les clodos du square De Gaulle comme décor !

Seuls, demeurent pour moi de la Chine (Hong Kong),  des souvenirs encore vivaces et quelques diapos dont certaines parlent de petits chiens assis sur un billot devant la
devanture d'un boucher  ..., mais il y a de cela cinquante ans tout juste ; en fait, c'est ton joli caniche qui m'a rappelé cet épisode, à oublier, de mes voyages aux Messageries
Maritimes.

D'après mon agenda, c'est le 13 que vous remettez cap à l'ouest et pour ma part il y a urgence tant mon blog me fait des misères !

Bises à vous deux

@lain
 
 

lundi 11 février 2013

Une proposition mais pas indécente!




Vous savez pourquoi j'aime photographier les mariages? parce que c'est une succession d'instants, de moments sur lesquels on ne peut pas faire de retour. C'est le goût du risque en quelque sorte qui me plaît dans ce créneau de la photographie.
Dans la mode ou les portraits, on peut tourner pas mal de temps et assez sereinement pour atteindre l'attitude la pose ou encore le regard. Et ce qui est le plus technique dans cet art, c'est la mise en lumière.
J'aime bien les 2: la spontanéité des mariages et la finesse du studio, alors voila, je continue de photographier les cérémonies en solo, mais avec mon collègue Maxence Ferren on s'associe pour vous proposez de mettre en lumière vos créations de la plus belle et de la plus juste des manières, qu'en dites vous?
 
@+