mardi 24 septembre 2013

Un moment suspendu...




J'aime cette photo pour plusieurs raisons, la première c'est l'harmonie finale qui découle naturellement de l'agencement singulier des élements entre eux, ça donne une photo avec du sens et belle à la fois.
Ensuite, je trouve que cette décente d'escalier par Margaux tenant en même temps sa robe et la rampe, est très gracieuse. C'est hyper féminin. Voila, c'est tout.
Et vous, vous la trouvez comment?
 
Allez, j'y retourne!
 
@+

 

vendredi 20 septembre 2013

Oh happy day !

Les chants gospel du quatuor ont vibré au sein de l'église de Bormes-les-Mimosas en ce samedi 7 septembre 2013!
Ô chant du peuple qui exprime la joie, l’espoir, le désespoir, affichant sa force et sa fièvre pour l’amour de Dieu. Hymne de tolérance, de fraternité qui invoque les émois profonds de l’âme, entre exultation et angoisse pénétrée, mais toujours avec cette Foi éternelle.
C'était original happant, brillant et salutaire, surtout quand autour de nous règnent morosité et sinistrose !
Tous les composants étaient réunis pour que ce mariage soit un succès absolu. Alléluia !



@+

Commentaire:
Alain:Même si on ne croit à rien, il faut reconnaître qu'un mariage sans église c'est comme un cadeau, si joli soit-il, emballé dans du papier journal !


J'imagine ce Happy day qui a du mettre quelques larmettes aux yeux, par-ci par-là, la majesté du lieu, son  décorum, son acoustique naturelle ajoutant à ce moment rare, le
supplément d'âme qu'aucun mariage civil ne saurait insufler. C'est d'ailleurs dans ce cas précis que la photographie, si réussie soit-elle, trouve sa limite indépassable, au mieux un
silence respectueux mais sans émotion devant l'image muette.


J'aime la contre-plongée qui procure toute sa dynamique à la scène et au chant subliminal que l'on devine à défaut de l'entendre ...

  

jeudi 19 septembre 2013

Margaux & Antoine sous les tropiques de Bormes-les-Mimosas le 7 septembre 2013


Je suis toujours au top quand je pars photographier des gens heureux, faut vraiment le faire exprès remarque pour être mal luné ce jour là (au pire une douche froide et c'est parti!)... mais une fois n'est pas coutume ma journée a commencé (comment dire sans douche froide mais j'aurais peut-être du avec du recul...) et bien avec un tas d'embrouilles qui se sont accumulées les unes après les autres et j'ai bien cru que le pire était un euphémisme à côté de ce que j'entrevoyais. Mais une fois que j'ai rencontré la mariée complètement détendue, cool et gentille, entourée de ses amis, je pense que le pire aurait pu me bousculé que je ne l'aurais même pas senti.
Tout ça pour dire que des fois il y a des situations un peu rocambolesques mais tu dois composer avec et faire en sorte que tout imbroglio n'affecte pas ton travail.
Tu fais la connaissance de personnes épatantes, tu as rendez-vous dans des lieux magiques remplis d'humanité et de bonne humeur, tu goûtes des choses exquises... puis quand tu découvre les jours suivant les photos prises de la journée, tu te dis que malgré tout, photographier des mariés (avec toutes les merdes qui peuvent se coller à toi pire qu'un chewing gum dans les cheveux, si si j'assume) et bien c'est quand même un job formidable !



Je sais que certains se languissaient de voir un peu de couleurs sur mes photos; en voici une avec vue sur le Lavandou ;) !


  

Autant le 31 août Toulouse était loin de sentir le sable chaud, autant samedi dernier, à l'écart des plages encore touristiques du Lavandou, cette douceur méridionale nous a bercés comme il fallait...
 
 @+

 

jeudi 12 septembre 2013

Élegance - Extravagance

Cet homme qui fait le pitre et qui s'en délecte est un formidable homme de théâtre mais pas que, il est un magicien professionnel hors pair! Par sa joie, sa bonne humeur et son talent, il anime vos réceptions en un clin de magie et les rendent mémorables!
Mesdames messieurs, veuillez accueillir comme il se doit, Benoît Dildarian !




@+

mercredi 11 septembre 2013

L'Amour les potes, la vie quoi!

L'autre jour en bossant sur les photos, je me demandais ce qui était important pour moi lors du choix des images à traiter. Et au moment où je me suis posée cette question je me suis arrêtée sur cette photo, comme une évidence.


 Bien sûr il y a tous les détails auxquels vous avez réfléchis (plus ou moins longuement) qui embellissent et plongent les invités dans cette atmosphère souhaitée et choisie avec soin, mais quand on regarde les photos des jours des mois des années après, ce qui nous transcende ce sont tous ces moments où vous voyez vos proches, vos amis tous réunis auprès de vous en train de partager avec vous les meilleurs moments de cette journée...

@+

mercredi 4 septembre 2013

Renaud • 31 août 2013

Samedi dernier j'étais de mariage!
Après quelques semaines de repos bien méritées, j'ai remis les pieds dans les étriers! Il faisait beau, ça ne sentait pas le sable chaud non mais y'avait de l'amour dans l'air de Toulouse là où j'étais, ça me manquait toute cette atmosphère des mariages vous savez.
Une fois n'est pas coutume, ce sera un work in progress mais du côté du marié cette fois-ci !!! c'est tellement rare que je puisse faire les préparatifs des messieurs, alors j'en profite!
Après avoir mis la chemise, les boutons de manchettes vint le moment tant attendu du noeud lavallière! quelle galère pour mon marié. C'est toujours très simple quand ils essaient le costume lors de l'achat mais le Jour J avec la tension c'est l'embrouille la plus totale!
J'ai adoré ce moment furtif et intimiste... celui où la maman est venue prêter main forte à son fils. Il y a ce truc indéfinissable, ce lien particulier entre toutes les mères du monde et leur fils que nous fille ne pouvons comprendre, c'est fou ça. J'aime ce qui est inaccessible vous le savez et ce moment, je l'ai aimé.



@+

 
 

La fille au chapeau rouge et noir




@+

Commentaire:
Alain: Les fringues ce n'est pas mon truc, mais les chapeaux c'est autre chose et j'avoue que je me suis souvent surpris à capter ces objets parfois indéfinissables dont se parent les femmes
élégantes ou qui veulent le paraître, afin qu'on les reconnaisse entre mille aux grandes occasions et les mariages sont les lieux privilégiés pour exhiber, sans crainte du ridicule, ces
couvre-chefs d'un jour.


Celui-ci, très stendhalien et emplumé, aurait presque pu prendre son envol, après que la photographe l'eut immortalisé grâce à un savant réglage de profondeur de champ, ne
pouvant imaginer d'autre artifice pour isoler "l'oiseau", tel un petit coup de flou gaussien sans commettre l'affront suprême ...


Bizzz