vendredi 4 avril 2014

Hong-Kong • 2005

P. Fillit: « Partir, c’est quitter son cocon, ouvrir ses ailes et s’envoler. C’est s’apercevoir qu’on n’est pas les seuls sur la planète, qu’on ne sait pas tout comme on le pensait. On devient plus humble, plus tolérant, un peu plus intelligent . »



@+

jeudi 3 avril 2014

L'Autre Comptoir // Les bronzes

Je continue avec mon reportage qui cette fois nous mène à la fabrication d’objets en bronze. J'adore les bronzes africains, je les trouve beaux. Les sujets fabriqués évoquent souvent la vie à l'africaine, les hommes et les femmes représentés sont souvent filiformes voire maigres parfois élancés, les détails sont toujours soignés et cette couleur du bronze est une pure merveille pour les yeux.
J'admire les gens comme Estelle qui se lancent dans des projets comme ça un peu audacieux, avec cet optimisme cet enthousiasme cette foi en l'humain et ce don du relationnel, c'est assez peu commun et c'est boostant à mort!
A cette époque je venais de m' acheter mon premier numérique, le canon 350d monté avec le sigma 18/200. Elle me contacte, me parle de son projet, de l’intérêt pour elle d'avoir des photos à exploiter pour toute la partie communication et me propose de l'accompagner. Alice, es-tu intéressée? Ooooh que oui !!!!!!!
Voila comment tout a commencé...
Après la fabrication du bogolan on est allé visiter l'atelier de Yacouba pour étudier la fabrication de ses bronzes.
La technique de la fonte à la cire perdue est une technique ancestrale qui se perpétue depuis des siècles, certains pensent qu'elle provient de l’Égypte, d'autres du Maghreb, mais quelle que soit son origine c'est elle qui permet de produire la plupart des pièces couramment appelées "bronze". Cette technique, utilisée depuis des centaines d'années, est toujours pratiquée de manière artisanale par les bronziers du Burkina Faso. Elle permet la fabrication d'objets en bronze à partir d'un modèle en cire.
La cire d'abeille est modelée et sculptée puis recouverte d'un mélange réfractaire à base d'argile (banco), de toile de jute, de crottin et autres ingrédients, qui forme le moule.

 Le tas d'argile!


Le moulage de la cire...


 La sculpture, la première étape de l'élaboration du bronze est déterminante!


 Quand le moule est bien sec, il est cuit dans un feu de bois pour faire fondre la cire et l'éliminer, c'est le décirage.


 La cuisson des moules au feu de bois.
On obtient à cette étape la sculpture en creux.


 Dans le même temps, le bronze - métal de récupération - est placé dans un creuset et fondu dans un four ouvert alimenté au charbon de bois.


ça chauffe...


Une fois que le moule est cuit, que la cire n'est plus là, il prend le moule - direction la coulée.


 Le métal en fusion est ainsi versé dans le moule maintenu très chaud: c'est la coulée.


 Une fois le bronze refroidi et solidifié, le moule est cassé et on procède à la finition (ébarbage, décapage, ponçage, limage, ciselure, patine).

 Il mouille le moule pour le refroidir...

 Le limage.


Voici 2 bougeoirs en bronze d'une des collections de L'Autre Comptoir.


Hop là, merci à Yacouba et toute sa fine équipe pour cette démonstration !


@+

mercredi 2 avril 2014

L'Autre Comptoir

L'autre jour, je errais sur mon disque dur et je suis tombée sur ce reportage que j'avais fait aux cotés d'Estelle Darie, au Burkina Faso en 2006.
Dans une démarche de commerce équitable, elle a crée avec des artisans, des collections très actuelles qui sont réalisées dans des ateliers traditionnels du Burkina Faso. Matériaux choisis, objets utiles et décoratifs, petits meubles, lignes épurées, couleurs éclatantes : les collections de son entreprise design et éthique: L'Autre comptoir, installée à La Rochelle sont diffusées dans des boutiques et sur le site internet.
Elle travaille exclusivement avec des artisans du Burkina Faso, une quinzaine d'ateliers, de petite taille, des ateliers classiques, ateliers pour femmes en difficulté et handicapés. Elle a aussi développé ce concept au Ghana. En utilisant les savoir-faire traditionnels, les méthodes de recyclage et les matières naturelles, ces ateliers fabriquent des objets de déco, des bijoux, des accessoires de mode.
Nous avions suivi le déroulement de la fabrication du bogolan.
L'origine du bogolan, terme qui designe à la fois le tissu et la technique de teinture, est très ancienne et se perd dans la nuit des temps. Perpétué par les ethnies sénoufo, dogon, malinké et bambara, il est produit principalement au Mali et au Burkina Faso.
Le mot bogolan vient du bambara bogo: la terre et lan: avec. Littéralement la signification est: "fait avec la terre".


 Les bandes de coton brute.



Le tissu de coton est tissé artisanalement et constitué de bandes cousues d'environ 15cm de largeur (voir ci-contre).
La teinture et les motifs sont réalisés au moyen de décoctions de plantes et de boue macérée, appliquées sur le tissu en plusieurs étapes de trempage, séchage au soleil, rinçage. La répétition des étapes permet d'améliorer la fixation et l'intensité des couleurs.
La teinture de base jaune fixative est obtenue par trempage dans une décoction de feuilles de bouleau d'Afrique (n'galama) et séchage au soleil. Le noir est obtenu par l'application d'argile macérée. Le brun et l'ocre par différents mélanges de décoction d'écorce de néré, n'galama, argile et cendre. Le rouge est obtenu avec une décoction d'écorce de n'pecou (raisin sauvage). Le blanc est obtenu par décoloration (lessive, chlore et savon de karité).
Le bogolan était très utilisé dans l'habillement, avant l'apparition des pagnes modernes. Il permet de réaliser des vêtements chauds et des couvertures.


 Nazaire


 Motif


 Les pochoirs.


 La création artistique!





Le séchage de la pièce unique!









Le coin des teintures du coton.


 Rinçage!


 Essorage!

Après avoir vu toutes ces photos, vous ne regarderez plus le bogolan du même œil! L'ensemble des créations sont des pièces uniques et artistiques de surcroit!
J'ai adoré réaliser ce reportage à l'époque. Je me suis régalée sur le plan des images, des rencontres et de la découverte. Merci à toi Estelle de m'avoir fait confiance...
Si c'était à refaire, je (re)signerais direct !


@+