mardi 21 avril 2015

Une campagne torse nu pour la bonne cause.


Les fringues sautent, les convenances s’effacent pour laisser place au soutien sans soutien-gorge à la lutte contre le cancer du sein. Courageux, c'est le mot qui me vient à l'esprit quand je regarde ces célébrités qui posent intimement dévoilées pour servir une cause parmi les millions qui sont importantes, qui nous concerne de près ou de loin.  
C'est fou ça quand même de constater que le monde ne communique bientôt plus que par les images; elles véhiculent si bien les messages que les mots en deviennent parfois accessoires. T'imagines, des femmes connues et appréciées, elles le sont car elles sont intelligentes crédibles, dans leurs choix - dans leurs vies - dans leurs façons de dire ce qu'elles pensent - dans leurs arts... c'est beau. Pourquoi on n'a pas pris madame toulemonde? bien sur parce que l'impact aurait été certainement moins efficace... Quand t'y penses, y'a des endroits où même l'idée de penser une milliseconde à une campagne de pub pareil ne serait même pas envisageable...
Tout est simple et ça fonctionne: les images sont fortes, le message est parfaitement communiqué: même les stars qui sont humaines comme nous, se mobilisent contre une cause commune, le cancer du sein. Du coup ça amplifie le caractère important et nécessaire de prendre sérieusement en considération cette cause et de faire le nécessaire pour se prémunir des vilaines éventualités. 

Je tiens à préciser que les photos ont été prises par Jeff Manzetti.








Çà va plus loin que ça en fait. Mon problème c'est le rapport à l'image que les gens entretiennent parfois vis à vis de leur propre image et au rapport qu'ils ont avec les autres, de ce fait. Pourquoi aujourd'hui certains craignent tant d'être imprimé montré exposé dévoilé... est-ce parce qu'ils ont peur, est-ce de la timidité, sont-ils prétentieux, ont-ils honte d'un jugement quelconque, d'une analyse et quand bien même, surement qu'ils ne verront jamais la photo et dans le meilleur des cas ils apparaitront dans une scène de vie à un instant T, gravé à jamais, ou alors seront mis en valeur, ou inséré dans un album souvenir par un couple venu en vacances visiter un pays... On s'en fiche que t'étais pas dans ton meilleur jour ou que t'avais pas la tête que tu voulais avoir, on aurait fait appel à un acteur ou un mannequin sinon...Je sais bien que la manipulation photographique est une chose courante de nos jours et que certaines personnes sont parfois mal intentionnées, mais de là à se faire réprimander quand tu fais une photo de quelqu'un en toute discrétion... faut laisser un peu de crédit aux gens et surtout arrêter de se prendre au sérieux!
Je parle pour les photographes humanistes, des gens biens qui documentalisent leur quotidien en images, qui ont un regard critique, qui ont un sens artistique évident et une soif inconditionnelle de l'humain. Je ne parle pas des pervers et des voyeurs, vous les reconnaitrez, les humanistes sont sincères audacieux complaisant facétieux parfois, les autres sont fourbes voyant sournois arrogant et manquent de tact. 
Bref, j'avais un coup de gueule à faire passer, je crois que c'est bon maintenant. 

@+

vendredi 17 avril 2015

Le grand pouvoir suggestif des poires!


Il était une fois 3 paires de fesses - de poire!



Objet d'obsession, de refus, d'admiration. La fascination pour les fesses comme forme fondamentale et le rejet du "cul" comme organe obscène font depuis toujours partie de notre culture.
Mais pourquoi cette représentation fascine-t-elle autant? pourquoi cette obsession irrésistible? 



 D'après les travaux de Georges Vigarello & Alain Corbin, le corps est un ensemble de représentations mentales, une image inconsciente qui s'élabore se dissout se reconstruit au fil de l'histoire du sujet, sous la médiation des discours sociaux et des systèmes symboliques. 






Vous ne mangerez plus les poires ni ne les regarderez de la même façon à partir de maintenant!

@+

jeudi 16 avril 2015

El Duomo! #MILAN2015


Vibrante d'animation tout au long de la journée, resplendissante de lumière à la nuit tombée, la vaste esplanade de la piazza del Duomo a des allures de décor de théâtre.
Par ses dimensions colossales tout comme par son ornementation exubérante, la cathédrale de Milan, la troisième plus grande au monde, fait figure d'exception dans le paysage architectural italien. Résultat d'une succession de maîtres d’œuvre lombards, français, allemands, flamands, toscans, et vénitiens, son style unique ne rompt pourtant pas avec la tradition du gothique flamboyant international.



Six siècles (XIVème - XXème) furent nécessaires à la construction de cette immense cathédrale gothique. 

















Hérissée de flèches et de pinacles, semée de plus de de 3400 statues, l'extérieur du Duomo ne peut laisser indifférent. 










 Allez je vous laisse rêver!

@+