lundi 5 février 2018

Vibrante Hong Kong // 2005























Je voulais partager ici quelques images jamais montrées de cette courte escale que nous avons faite à Hong Kong en 2005 et qui depuis me laisse ce petit je ne sais quoi de curieux et d'insatiable dans la mémoire. C'était la première fois que je mettais les pieds dans un pays asiatique. J'ai été submergé littéralement; apeurée dans les premières secondes car comme engloutie par cette fourmilière gigantesque; puis peu à peu fascinée. C'est vraiment difficile à décrire cette sensation qui nous envahit quand on atterrit au milieu de ce qui ne nous ait pas du tout familier, ce qui est différent, les repères se barrent et toi tu restes là coi et tu prends tout ce qui se présente à toi au fur et à mesure que ça se présente.
Moi après l'avoir connu j'ai aimé. J'ai aimé les couleurs, les odeurs parfois fortes parfois épicées parfois suaves, la trépidante vie et en même temps cette sérénité qui régnait en chaque être indépendamment... j'ai aimé cette immersion totale au milieu de leurs vies sans même qu'ils t'aient remarqué, j'ai aimé les espaces infiniment grands et étroits à la fois, les hauteurs des grattes-ciel modernes et des tours de logements complètement délabrées, j'ai aimé tout ce capharnaüm dans lequel tu apprends à évoluer et que tu finis par connaître et aimer arpenter... Ils sont différents de nous, mais vraiment, autant dans leur mode de vie leur physique que par l'esthétisme de leur ville, et je crois que cette diversité me plait beaucoup. 
Vous y avez été vous là-bas? ça vous a plu?

@+



2 commentaires:

  1. Comme tu t'en souviens peut-être, j'y suis allé lorsque je travaillais aux Messageries Maritimes ; trois rotations Marseille-Yokohama-Marseille, en 1963-64, avec, entre autre, escale à Hong Kong ; je prenais mes photos en diapositives, Kodachrome 25 ASA, tu t'imagines la sensibilité ... !
    Tu m'incites du coup à faire scanner les quelques unes que j'ai pu faire là-bas, car nos escales étaient très courtes et je ne pouvais que faire de rapides incursions dans la zone portuaire ; j'ai des souvenirs de tambouilles en plein air proposant du serpent ou du chien, de coiffeurs à même le trottoir et de quelques gratte-ciel, probablement les premiers d'une longue série à en croire tes photographies de 2005 ... et probablement quelques autres depuis !
    Tu décris parfaitement les impressions que j'ai moi-même ressenties à l'époque, dont une, commune à tous ces pays, le grouillement et les odeurs, surtout les odeurs, inconnues chez nous et dont il me semble avoir gardé le souvenir le plus fidèle.
    J'aime bien tes images, certaines intemporelles, qui te situent tout de suite, si ce n'étaient ces satanées bagnoles marqueurs indélébiles de leur époque qui annihilent la poésie et l'exotisme de ces authentiques "tableaux" vivants.
    Dans mes rêves les plus fous, je nous imagine faire quelques shootings chez les "jaunes" (ainsi parlait mon grand-père, ancien de la coloniale), mais que reste-t-il de cette Chine quasi moyenâgeuse il y a un siècle à peine, puis à cheval sur deux monde et plongée depuis peu dans un néocapitalisme insensé ?
    Qu'importe après tout puisque ce n'est qu'un rêve, insensé lui aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente d'avoir pu faire remonter en toi quelques souvenirs d'une époque lointaine :)
      J'aime bien les rêves, ils ont toujours cette part d'énigme, et il y a ce désir parfois caché- inavoué qu'on aimerait qu'ils se réalisent... L'Asie ferait un bon thème pour une expo !
      Biz l'artiste.

      Supprimer